Blogue

20 juin 2019
Une usine carboneutre; un modèle pour l’industrie

Déterminée à établir un nouveau standard au sein de son industrie et à dépasser les attentes, GNL Québec s’est engagée à faire de l’usine de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay une usine carboneutre, via un mandat de recherche octroyé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Qu’est-ce que cela signifie?

Cela signifie que nous travaillons concrètement, avec des spécialistes de la question, afin de mettre en place des solutions qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de notre usine et à identifier des mesures crédibles qui vont permettre de compenser toutes les émissions générées par nos procédés.

Ainsi, la totalité des GES émis chaque année par les opérations de notre usine, soit 421 000 tonnes, seraient compensées par des mesures efficaces identifiées par les travaux de recherche effectués par la Chaire en éco-conseil. Une première, à notre connaissance, dans l’industrie du gaz naturel liquéfié, et une première pour un projet de cette envergure au Canada.

Ces mesures de compensation pourraient prendre plusieurs formes, de la plantation d’arbres pour séquestrer le l’équivalent des GES émis jusqu’à la réalisation de projets connexes permettant de récupérer et de réutiliser la chaleur et le CO2 dans le cadre de projets connexes.

Une source d’inspiration

Les résultats des travaux de recherche effectués par la Chaire en éco-conseil doivent être rendus publics.

Ainsi, nous espérons que le projet Énergie Saguenay ferait avancer les connaissances en matière de carboneutralité et incitera du coup d’autres projets d’envergure et d’autres industries à s’engager dans cette voie d’avenir.

Cet engagement à opérer une usine carboneutre s’ajoute aux autres caractéristiques du projet Énergie Saguenay qui démontrent comment environnement et développement économique peuvent aller de pair.

Ainsi, une analyse de cycle de vie du projet réalisée par les scientifiques du réputé Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services de Montréal démontre que :

  • Grâce au climat froid de la région et à l’utilisation d’hydroélectricité propre et renouvelable, notre usine de liquéfaction émettra 85% moins de GES qu’une usine comparable située aux États-Unis.
  • Selon un scénario conservateur validé par des experts en analyse de cycle de vie, notre gaz naturel liquéfié, en se substituant au charbon et au pétrole en Europe et en Asie, permettra de réduire de 28 millions de tonnes les GES émis sur la planète à chaque année. 
  • Soit l’équivalent de retirer plus de 6 millions de voitures des routes, ou de compenser à chaque trois ans l’équivalent de l’ensemble des GES du Québec !