Blogue

22 juin 2020
Plus de renouvelable ? Tant mieux !

Dans la foulée du dévoilement, le 20 mai dernier, d’un rapport portant sur les perspectives des énergies renouvelables dans le monde, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le Dr Fatih Birol, a plaidé pour une accélération du déploiement de celles-ci, notamment dans le cadre de la relance mondiale à prévoir après la crise de la COVID-19.

Le rapport de l’AIE est disponible ici.

Un résumé succinct de la position du Dr Birol peut être consultée ici.

De prime abord, certains pourraient être tentés de conclure que ce genre de déclaration est incompatible avec le projet Énergie Saguenay, qui vise à rendre disponible sur les marchés le gaz naturel liquéfié (GNL) avec la plus faible empreinte carbone qui soit.

Et pourtant, bien au contraire, une accélération du développement des énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien est non seulement souhaitable et nécessaire, elle représente aussi une bonne nouvelle pour GNL Québec.

Voici pourquoi.

Climat : un consensus scientifique solide

À l’échelle mondiale, l’importance de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) sur la planète et de travailler activement à lutter contre les changements climatiques fait l’objet d’un consensus scientifique clair qui n’est plus à démontrer.

Les experts et les scientifiques qui étudient les différents scénarios et moyens possibles pour atteindre ces objectifs privilégient trois grands axes d’action, afin de répondre à l’urgence climatique :

  1. Maximiser l’efficacité énergétique partout où cela est possible
  2. Accélérer le développement des énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien
  3. Accélérer la sortie du charbon, énergie la plus émissive de GES et de polluants atmosphériques encore largement employée entre autres dans la production d’électricité

Le projet Énergie Saguenay cadre parfaitement dans cette vision dans un contexte où, pour lutter contre les changements climatiques, il faut employer la bonne énergie, à la bonne place, au bon moment.

Comment?

  • Parce que le gaz naturel est, d’une part, facile à stocker, accessible et sécuritaire. C’est une énergie de choix qui permet une rapide conversion des centrales électriques au charbon, notamment, ennemies numéro 1 du climat, avec des impacts majeurs et immédiats en termes de réduction de GES et de pollution de l’air. À cet égard, des pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou l’Espagne fournissent des exemples probants.

De même, les conclusions d’un rapport publié en 2019 par l’Agence internationale de l’énergie portant spécifiquement sur le rôle du gaz naturel dans la décarbonisation de l’énergie dans le monde démontrent que le remplacement du charbon par du gaz naturel a permis de réduire de 500 millions de tonnes les GES sur la planète depuis 2010 et que le seul potentiel de remplacement rapide du charbon par du gaz naturel, particulièrement dans la production d’électricité et dans les usages industriels, permettrait, surtout en Europe et aux États-Unis, une réduction de 1200 tonnes de GES à court terme.

 

  • Le gaz naturel remplace de plus en plus le pétrole et le mazout dans le monde dans les transports lourds, permettant aussi des gains importants et rapides en matière d’émissions de GES et de pollution atmosphérique. Le gaz naturel liquéfié est de plus en plus employé par l’industrie maritime, colonne vertébrale du commerce mondial, qui s’est dotée de normes environnementales sévères. En Europe et en Asie, le transport routier lourd de biens et de personnes roule aussi de plus en plus au gaz naturel.  

 

  • Le gaz naturel est un allié solide et « naturel » des énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien. Ces énergies sont intermittentes. Cela signifie qu’elles ne peuvent pas être stockées en grandes quantités pour répondre à des demandes imprévues et surtout qu’elles sont dépendantes de conditions météorologiques incontrôlables. Donc, ces énergies doivent pouvoir compter sur une énergie d’appoint fiable, sécuritaire et facile à utiliser : le gaz naturel joue de plus en plus ce rôle en Europe et en Asie en remplacement du charbon, du pétrole, plus émetteurs de GES et de polluants. Ainsi, plus d’énergie renouvelable signifie des besoins d’appoint accru en gaz naturel !

 

  • Le gaz naturel est une énergie absolument essentielle, en remplacement du charbon notamment, pour alimenter une foule de procédés industriels nécessitant une source de chaleur très intense et contrôlable. C’est le cas dans la production de verre et de céramique, et dans la fabrication d’acier et de métaux, et aussi dans le traitement et la mise en valeur de différents minerais.  Ces besoins en chaleur intense ne peuvent être comblés par l’électricité, ni par des batteries ou via des énergies renouvelables.
    Au Québec, cette situation explique pourquoi le gouvernement du Québec a lancé en janvier dernier un programme visant entre autres à fournir en gaz naturel et en gaz naturel liquéfié la Côte-Nord, entre autres initiatives, et pourquoi, ici-même au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le secteur de Dolbeau réclame un accès au gaz naturel.
    Cela signifie donc, pour fabriquer des panneaux solaires ou des éoliennes, pour fabriquer des batteries performantes, pour fabriquer les équipements requis pour appuyer le développement des énergies renouvelables, le gaz naturel est la meilleure énergie industrielle disponible. Donc, encore une fois, miser davantage sur l’essor des énergies renouvelables signifie un rôle d’appoint accru pour le gaz naturel.

On constate donc le gaz naturel est un allié au développement des énergies renouvelables et non un adversaire, que leur développement respectif va de pair et que le gaz naturel joue un rôle important dans la décarbonisation de l’énergie dans le monde à plusieurs niveaux. Le gaz naturel n’est certes pas parfait, mais il est essentiel à court et à moyen terme dans la lutte aux changements climatiques. Ce qui compte au final, c’est de mettre la bonne énergie à la bonne place et de comprendre qu’en matière de lutte aux changements climatiques, rien n’est ni 100 % noir ni 100 % blanc…