Blogue

9 décembre 2019
Passer du mazout au gaz naturel : l’exemple de la République dominicaine

La transition vers une source d’énergie moins polluante comme le gaz naturel ne touche pas seulement les centrales au charbon dans le monde, mais aussi celles qui fonctionnent au pétrole ou au mazout. C’est d’ailleurs ce que la plus grande centrale électrique de la République dominicaine s’apprête à faire, en passant entièrement au gaz naturel dès 2020.

Composé de deux centrales, le complexe Quisqueya, situé à mi-chemin entre la capitale Saint-Domingue et la station balnéaire de La Romana, sera complètement converti au gaz naturel en vertu d’une entente signée par le groupe finlandais Wartsila et l’opérateur dominicain EGE Haina. L’annonce a été rendue publique le 22 novembre dernier par les deux sociétés.

Construite en 2013, la centrale Quisqueya assurait jusqu’ici sa production de 215 MW en brûlant du mazout, un carburant qui émet non seulement beaucoup plus de CO2 que le gaz naturel, mais aussi des quantités importantes d’oxyde d’azote et de dioxyde de souffre.

Les 12 générateurs Wartsila 50DF de la centrale, qui peuvent fonctionner avec différents combustibles, seront ainsi convertis au gaz naturel au cours des prochains mois dans un souci de stabilité énergétique, mais aussi pour des raisons environnementales évidentes, a indiqué par voie de communiqué le directeur du développement chez EGE Haina, José A. Rodriguez.

Rappelons que selon un scénario conservateur basé sur une étude menée par le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG), si seulement 60% du gaz naturel liquéfié produit à l’usine d’Énergie Saguenay remplaçait du charbon, du pétrole ou du mazout dans le monde, on contribuerait ainsi à réduire de 28 millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES) émis chaque année autour du globe. Le projet vise principalement des marchés européens et asiatiques, où les politiques énergétiques nationales visent la réduction des GES et le remplacement de charbon et de pétrole par des énergies renouvelables et le gaz naturel.

Utiliser les atouts du Québec comme l’hydroélectricité et offrir une énergie moins polluante en Europe et en Asie et ailleurs dans le monde afin de lutter concrètement contre les émissions de GES, c’est l’engagement et la raison d’être du projet Énergie Saguenay.

À lire aussi :