Blogue

18 septembre 2019
Le Royaume-Uni, un modèle de transition appuyée par le gaz naturel

L’exemple de la politique énergétique nationale du Royaume-Uni fournit, dans le contexte du projet Énergie Saguenay, un exemple probant de l’importance du gaz naturel dans le processus de transition énergétique de plusieurs pays d’Europe et d’Asie.

Selon les données du rapport du groupe de réflexion international indépendant sur les changements climatiques EG3 (1), dans sa 5e édition de son analyse sur les enjeux énergétiques du G7 rendue publique dernièrement, le Royaume-Uni est le pays du G7 où la part du charbon dans la production d’électricité a le plus drastiquement baissé ces dernières années, passant de 40% en 2012 à environ 5% en 2018.

Or, cette baisse a été appuyée par le gaz naturel et le développement des énergies renouvelables (2).

Ainsi, en mai dernier, le Royaume-Uni est parvenu à se passer complètement d’électricité issue du charbon pour la première fois depuis… 1882. Et ce pendant plus de 8 jours (3)

Au Royaume-Uni, le gaz naturel fournit actuellement plus de 45% de l’électricité produite, un renversement de situation depuis que le pays a décidé de sortir du charbon, en 2012, afin de lutter contre les GES et la pollution de l’air (3). Depuis, le pays a pratiquement de réduit de moitié ses émissions de GES liées à la production d’électricité.

L’apport du gaz naturel a permis au Royaume-Uni d’accélérer le développement des énergies 100% renouvelables, dont l’énergie éolienne, qui fournit aujourd’hui 19% de l’électricité consommée dans ce pays (4). Ainsi, en 2019, pour la première fois depuis la révolution industrielle du 19e siècle, il y a davantage d’électricité issue de sources renouvelables que de sources fossiles au Royaume-Uni.

Engagée dans un processus de sortie à la fois du nucléaire et du charbon, l’Allemagne est un autre pays clé à surveiller en matière de transition énergétique. Le pays s’est engagé à sortir complètement du charbon d’ici à 2038, une situation dans laquelle le développement des énergies renouvelables, appuyé par des énergies fiables, sécuritaires et non-intermittentes comme le gaz naturel, jouera un rôle immense.

Ainsi, en 2018, même si le charbon a fourni environ 40% de l’électricité consommée dans ce pays, l’Allemagne a tout de même produit, en 2018, pour la première fois de son histoire, davantage d’électricité avec les énergies 100% renouvelable que via cette énergie fossile polluante et plus émettrice de GES (5).

 

Le charbon et le G7

Le charbon est encore, en 2019, une importante source d’électricité dans les pays du G7.

Mais, grâce au développement accéléré des énergies renouvelables et à une utilisation judicieuse d’énergies moins émettrices de gaz à effet de serre (GES) et de polluants, comme le gaz naturel, la demande pour le charbon au sein de ce groupe de pays industrialisés est en constante diminution, propulsée notamment par des politiques publiques ambitieuses en matière de transition énergétique.

C’est ce que conclut aussi le rapport du groupe EG3.

Le rapport, disponible ici (6) est particulièrement élogieux envers le Canada et le Royaume-Uni, deux pays ayant adopté des mesures claires destinées à bannir le charbon de leur mix énergétique.

Selon le portrait compilé par EG3, les pays du G7 comptent encore 380 MW de puissance électrique alimentée au charbon. De ce nombre, les 2/3 se situent aux États-Unis. Le rapport note toutefois que 4 pays, soit le Canada, la France l’Italie et le Royaume-Uni se sont engagés vers une sortie complète du charbon d’ici à 2030 (7)

Comme le démontre le graphique suivant, la consommation de charbon afin de produire de l’électricité est en diminution dans 6 des 7 pays du G7 - à l’exclusion du Japon, où la sortie du nucléaire accélérée impose des enjeux particuliers sur lesquels nous reviendrons dans un prochain blogue.

 

Le Canada, un leader dans la sortie du charbon

Grâce à son immense territoire et à ses multiples ressources, notamment en hydroélectricité, le Canada a la chance de ne pas avoir largement besoin de charbon dans son mix énergétique. Néanmoins, en 2017, 9% de l’électricité produite au Canada était issue de cette source, une réduction de 40%, en tonnes nettes consommées, en 10 ans (8)

Le Canada a produit, en 2018, 62 millions de tonnes de charbon, 49% de celui-ci destin à des usages industriels, notamment à la métallurgie.

Le gouvernement du Canada s’est formellement engagé, en 2018, à interdire la production d’électricité à partir du charbon à compter de 2030. Cela s’est traduit par l’adoption de mesures et de programmes de soutien concrets pour assurer l’atteinte de ces objectifs.

En raison de cet engagement formel, et du rôle important joué par le Canada, aux côtés du Royaume-Uni, dans les travaux d’un groupe international dédié à mettre un terme à l’utilisation du charbon dans la production d’électricité, le Powering Past Coal Alliance (9) le groupe de réflexion EG3 a, dans son dernier rapport, qualifié le Canada de chef de file mondial dans la lutte contre cette source d’énergie.

 

Sources :

1-https://www.e3g.org/home
2-https://www.connaissancedesenergies.org/la-place-du-charbon-dans-les-pays-du-g7-190826
3-https://www.connaissancedesenergies.org/une-premiere-depuis-1882-pour-la-production-britannique-delectricite-190510
4-https://www.bbc.com/news/science-environment-48711649?intlink_from_url=https://www.bbc.com/news/topics/cp78445m95zt/renewable-energy-in-the-uk&link_location=live-reporting-story . 
5-https://www.connaissancedesenergies.org/allemagne-un-mix-electrique-plus-renouvelable-que-charbonne-en-2018-190107#notes
6-https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-pt-vue/E3G_G7_Coal_Scorecard_2019_%E2%80%93_Fifth_Edition_-_Coal_Finance_Heads_for_the_Exit.pdf
7-https://www.connaissancedesenergies.org/la-place-du-charbon-dans-les-pays-du-g7-190826
8-https://www.rncan.gc.ca/faits-charbon/20082
9-https://poweringpastcoal.org/about/Powering_Past_Coal_Alliance_History