Blogue

31 janvier 2020
Le charbon, ennemi numéro 1 du climat

Le charbon est encore, en 2020, la première source employée pour générer de l’électricité dans le monde et demeure la première source mondiale d’émission de gaz à effet de serre (GES) liée au secteur de l’énergie, avec 40 % des émissions totales. Pire encore, la demande pour le charbon va continuer à croître au cours des prochaines années, portée par les besoins grandissants en énergie en Asie, particulièrement en Chine et dans des pays comme le Pakistan et le Vietnam.

C’est ce que résume une récente synthèse publiée par le magazine et portail internet spécialisé Transitions et Énergies.

La synthèse, qui porte le titre évocateur de « L’Asie ne renonce pas au charbon, au contraire », démontre à quel point le charbon demeure le principal ennemi du climat et la cible à abattre en matière de réduction globale des GES.

L’analyse, qui s’appuie notamment sur les données du plus récent rapport sur l’état du charbon publié par l’Agence internationale de l’énergie relève que la Chine, où les besoins en électricité et en chaleur industrielle sont en constante croissance, continue à construire des centrales au charbon, et ce même si ce pays est fortement engagé dans le déploiement des énergies renouvelables et prône en même temps des politiques publiques axées sur la sortie du… charbon !

En fait, en Chine, les besoins en énergie et en électricité sont tellement en croissance que même si le charbon ne représentera plus « que » 55 % du bouquet énergétique de ce pays en 2020, au lieu de 68 % en 2012, cela représente quand même une hausse nette réelle de la quantité de charbon consommée…

Les racines du paradoxe

Pour comprendre les raisons de ce paradoxe, qui frappe aussi des pays voisins comme le Bangladesh, il faut comprendre, souligne Transitions et Énergies, « que si le charbon est toujours aussi privilégié dans les pays en développement, c’est parce que c’est une énergie plus facile à mettre en œuvre. Elle est facile à transporter, par bateau, par rail, par camion, et il est relativement facile d’opérer une centrale au charbon. De plus, il est aussi utilisé massivement pour la production d’acier et de ciment. »

On comprend dès lors l’importance de rendre accessible, pour ces marchés et pour tous les marchés où les besoins en énergie sont en croissance en raison notamment des hausses de population rapides, une énergie de remplacement au charbon moins forte en carbone qui soit elle aussi facile d’usage, pratique, sécuritaire et efficace.

Le gaz naturel, et donc le gaz naturel liquéfié (GNL), représente cette source d’énergie. Elle représente aussi la meilleure source d’énergie pour accompagner le nécessaire développement des énergies renouvelables.

Cela explique la croissance de la demande pour cette énergie et l’importance, telle que soulignée par l’AIE, de soutenir les meilleurs projets de gaz naturel et de GNL.

 

À LIRE ÉGALEMENT