Blogue

30 juin 2021
La Commission européenne appuie la construction d’un terminal de GNL en Grèce

Le gaz naturel liquéfié (GNL) est une source d’énergie de transition hautement stratégique qui s’inscrit dans la volonté des pays membres de l’Union européenne de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et d’accélérer la nécessaire lutte contre les changements climatiques. 
 

Une autre preuve claire en ce sens a été donnée, à la mi-juin dernier, alors que la Commission européenne a annoncé qu’elle investissait plus de 168 millions d’euros (soit près de 200 M$ US) pour soutenir la construction d’un terminal d’importation et de regazéification de GNL à Alexandroúpolis, en Grèce. 

La construction de ce terminal doit s’amorcer en 2023. Parmi les partenaires impliqués dans ce projet, on compte notamment des intérêts bulgares, pays où les besoins en énergie de transition sont criants. Le projet se veut aussi un terminal important pour assurer l’approvisionnement en énergie fiable et sécuritaire de l’Europe du Sud-est, où la sortie du charbon s’accélère. 

 

Dans son communiqué de presse,  la Commission européenne souligne ainsi que :

« Compte tenu de son importance stratégique pour la diversification de l'approvisionnement en gaz naturel en Europe du Sud-est, le terminal GNL à Alexandroúpolis figure, depuis 2013, sur les listes des projets européens d'intérêt commun dans le secteur de l'énergie, sur la base des règles relatives au réseau RTE-E (réseau transeuropéen de l'énergie).

Le terminal devrait améliorer la sécurité de l'approvisionnement non seulement pour la Grèce, mais également pour la Bulgarie et pour la région du sud-est de l'Europe au sens large, étant donné qu'il constituera une nouvelle source d'énergie potentielle pour alimenter l'interconnexion entre la Grèce et la Bulgarie.

Les autorités grecques ont confirmé que le terminal GNL pourrait être utilisé pour l'hydrogène et que le projet contribuerait à un bouquet énergétique plus propre grâce à l'utilisation accrue du gaz plutôt que du charbon ».

 

Situé plus près des marchés européens que ses concurrents du golfe du Mexique, et grâce à ses caractéristiques innovantes, comme son approvisionnement en hydroélectricité et son engagement à opérer un complexe de liquéfaction carboneutre, le projet Énergie Saguenay, qui offrira le GNL avec la plus faible empreinte carbone disponible sur le marché, est en excellente position pour répondre à la demande croissante pour le gaz naturel liquéfié attendue au cours des prochaines années, faisant du coup du Saguenay – Lac-Saint-Jean et du Québec des leviers dans la lutte contre les GES. 

 

Pour en savoir plus :

https://www.offshore-energy.biz/eu-approves-alexandroupolis-lng-terminal-funding/

https://www.lngindustry.com/liquid-natural-gas/05112020/desfa-participation-in-the-alexandroupolis-lng-terminal/