Blogue

29 octobre 2019
La Colombie-Britannique partenaire dans un projet de ravitaillement de GNL entre navires

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé mercredi dernier qu’il allait contribuer financièrement au développement du tout premier système de ravitaillement de gaz naturel liquéfié (GNL) entre navires sur la côte ouest de l’Amérique du Nord.

Dans un communiqué émis par le ministère du Travail, du Commerce et de la Technologie de la Colombie-Britannique, on apprend que la province souhaite se positionner comme un joueur majeur dans ce domaine en prévision d’une hausse marquée du marché du GNL comme carburant de l’avenir pour les navires marchands qui sillonnent les océans.

Le premier ministre de la province, John Horgan, a même déclaré qu’il était convaincu de voir la Colombie-Britannique devenir un port de niveau mondial en matière d’accueil des navires méthaniers «du futur» propulsés au GNL, un carburant dont la combustion a été qualifiée de «propre» par M. Horgan.

 

Diminuer les émissions de GES

Les avantages d’avoir recours au GNL comme carburant de substitution au mazout pour le transport maritime sont nombreux et permettent d’atteindre des résultats probants dans la lutte aux changements climatiques.

Outre le fait qu’il est non toxique, qu’il ne se mélange pas à l’eau et qu’il s’évapore immédiatement en cas de fuite, le recours au GNL plutôt qu’au mazout permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 20%, en plus de diminuer de façon marquée les particules polluantes émises par les navires.

Les navires méthaniers qui transportent du GNL ou qui utilisent du GNL comme carburant sont ainsi beaucoup plus sécuritaires et les risques de déversements sont beaucoup moins grands quand on compare avec des pétroliers ou des navires alimentés au mazout, par exemple.

La procédure de ravitaillement entre navires consiste à faire transiter du GNL à partir d’un navire ravitailleur qui est assez petit pour accoster au port de Vancouver et ensuite aller ravitailler un navire utilisant du GNL ancré en eaux plus profondes.

L’entente, conclue par le gouvernement britanno-colombien avec le distributeur de gaz naturel FortisBC et le Port de Vancouver, prévoit un investissement initial de 25 000 $ de la part du gouvernement pour contribuer à l’étude d’impact du projet menée par la firme Price Waterhouse Cooper (PwC).

 «Nous sommes emballés par les projections initiales. On prévoit que les navires marchands propulsés au GNL commenceront à accoster à Vancouver dès 2020, et la demande mondiale en GNL pourrait dépasser les 9 millions de tonnes par année d’ici 2025. La Colombie-Britannique doit se préparer pour avoir sa part de cette industrie», a déclaré le ministre du Travail, du Commerce et de la Technologie, Bruce Ralston.

Pour en savoir davantage sur les tendances et les perspectives d’utilisation du GNL dans la navigation, et notamment au sein de l’industrie des croisières, nous vous invitons à consulter ce blogue.

Pour en savoir plus sur l’annonce, vous pouvez consulter cet article du Vancouver Sun. 

 

Sources :

https://shipandbunker.com/news/am/403426-canada-bc-backs-expansion-of-west-coast-lng-bunkering

https://www.lngworldnews.com/b-c-government-joins-lng-bunkering-push/?utm_source=emark&utm_medium=email&utm_campaign=daily-update-lng-world-news-2019-10-25&uid=61575