Blogue

21 mai 2020
GNL Québec : des engagements forts envers la région et pour notre planète

La semaine dernière, les cinq chambres de commerce du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont uni leurs voix et témoigné leur appui au projet Énergie Saguenay et à une reprise à court terme des audiences publiques du BAPE, par le biais d’une lettre ouverte publiée dans plusieurs médias de la région.

Dans le cadre de cette démarche, les cinq organisations ont demandé à GNL Québec de prendre, ou de reprendre, des engagements concrets envers le développement économique, social et environnemental du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

À titre de président de GNL Québec, je tiens aujourd’hui, en mon nom et au nom de toute l’équipe du projet Énergie Saguenay, à répondre clairement et fermement aux demandes formulées à notre endroit.

Je devrais même écrire ici que je tiens « à réitérer nos engagements », car les demandes des cosignataires s’inscrivent toutes en droite ligne dans l’ADN et dans la vision de notre entreprise.

Un engagement solide et à long terme

Alors, oui ! Oui, le siège social de GNL Québec, établit fièrement à Saguenay depuis 2014, va rester au Saguenay et va continuer d’être animé, comme il l’est actuellement en mode télétravail en raison de la crise sanitaire, par une équipe constituée par des gens de la région, fiers de leur région, et impliqués dans leur région, qui en connaissent les particularités, les subtilités et les enjeux.

Donc, oui nous allons, comme nous le faisons depuis les tous débuts du projet, continuer à travailler, avec rigueur, en étroite collaboration et concertation avec le milieu régional et avec les Premières Nations.

J’ajoute que cette approche va se poursuivre à toutes les étapes du projet, actuelles comme à venir, et se poursuivra pendant les futures opérations du complexe. Et, cette volonté de transparence et de collaboration va continuer à inclure l’ensemble du milieu régional, y compris, comme nous l’avons fait depuis le départ, des groupes moins favorables ou qui n’appuient pas le projet, dans une perspective de bonifier et d’améliorer constamment le projet.

Oui également, nous réitérons notre engagement et notre volonté de prioriser, à toutes les étapes du projet, l’achat local et le recours aux ressources, aux expertises, aux compétences, aux PME, aux commerces et à la main-d’œuvre du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

À cette fin, nous avons d’ailleurs conclu, en décembre dernier, un partenariat avec le Comité de maximisation des retombées économiques régionales, le CMAX, afin de nous assurer du respect et du suivi de cet engagement qui guide toutes nos actions.

D’ailleurs, la présence, dans la région, d’entreprises et d’un bassin de main-d’œuvre qui ont fait leurs preuves en matière de grands chantiers industriels représentait déjà un des atouts qui permet au projet Énergie Saguenay de se démarquer à l’échelle mondiale.

Concrètement, au cours des deux dernières années, cet engagement envers la région s’est traduit par l’octroi de contrats, à des firmes de la région, de plus de 10 M$ de contrats. Sans compter les salaires des quelque 25 employés du siège social de Saguenay, les sommes injectées via notre programme de dons et de commandites et l’achat de biens et de services localement.

En raison des conséquences majeures de la pandémie de COVID-19 pour l’économie régionale, je peux vous assurer que nous sommes doublement conscients de l’importance, dans le cadre d’Énergie Saguenay, d’être un acteur incontournable de la relance à venir et un acteur de développement et de diversification économique à long terme.

À ce propos, je souhaite rappeler que le projet Énergie Saguenay pourrait très rapidement, une fois les processus d’évaluation et d’autorisations requises complétés, se traduire par des investissements concrets et des centaines d’emplois sur le terrain, générant des retombées économiques d’envergure pour l’ensemble du Saguenay–Lac-Saint-Jean, contribuant également à la diversification économique de la région.

Le rôle essentiel du gaz naturel

Je profite aussi de l’occasion pour rappeler l’importance de s’appuyer sur la science et sur les faits plutôt que sur les opinions et les envolées oratoires pour comprendre les fondements du projet Énergie Saguenay.

L’importance cruciale du gaz naturel dans la décarbonisation mondiale de l’énergie et l’atteinte des cibles dans la lutte contre les changements climatiques est reconnue et largement documentée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Or, l’Agence identifie clairement le gaz naturel comme un des piliers dans la lutte contre les changements climatiques et la fin de l’utilisation du charbon, avec, l’atteinte d’une meilleure efficacité énergétique mondiale et le développement massif des énergies renouvelables

Le gaz naturel est aussi la meilleure source d’énergie disponible sur le plan environnemental pour produire certains métaux et traiter les minerais, usages pour lesquels l’électricité ne peut faire le travail. Cela veut dire que pour fabriquer des éoliennes et produire des panneaux solaires nécessaires à la transition énergétique, il faut du gaz naturel.

De plus, le gaz naturel liquéfié (GNL) est de plus en plus employé dans le transport maritime, ici au Québec comme ailleurs dans le monde, comme carburant. Pourquoi ? Parce qu’il est fiable et sécuritaire, qu’il émet 30 % moins de GES que le mazout lourd et qu’il n’émet pas de particules polluantes, permettant ainsi à l’industrie d’atteindre ses propres cibles ambitieuses de lutte contre les changements climatiques.

Au-delà des soubresauts causés par la pandémie de COVID, la demande mondiale pour le gaz naturel et le GNL sera forte. Nous avons la chance, grâce aux atouts du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Québec, de produire le meilleur gaz naturel liquéfié qui soit, dans le cadre d’un projet carboneutre et innovant, en appuyant notre développement économique et en agissant pour la planète.

Pour en savoir davantage sur le sujet, je vous invite à consulter cette lettre ouverte «GNL Québec : la science sans parti pris» samedi dernier dans Le Quotidien, qui remet justement en perspective certaines idées préconçues concernant le projet et le gaz naturel.

Pat Fiore
Président
GNL Québec