Blogue

20 novembre 2019
GNL Québec appuie un projet de recherche universitaire sur le gaz naturel renouvelable forestier

L’équipe de GNL Québec a annoncé le 20 novembre dernier un investissement totalisant 350 000 $ afin de soutenir un projet de recherche interuniversitaire sur la séquestration du carbone, portant notamment sur le gaz naturel renouvelable (GNR) issu de la biomasse forestière résiduelle. Cet investissement représente une action concrète dans le cadre de la vision de l’entreprise à opérer une usine de liquéfaction de gaz naturel carboneutre à Saguenay.

L’engagement financier, échelonné sur 5 ans, viendra supporter le démarrage prochain d’une nouvelle Chaire interuniversitaire de recherche-action sur la séquestration du carbone, qui sera animée de concert par des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi, de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, de l’École de Technologie supérieure, de l’Université de Laval et du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. GNL Québec est le tout premier partenaire privé à s’y joindre officiellement.

Potentiel de la forêt québécoise

Cette collaboration vise plus spécifiquement à identifier le potentiel de la forêt québécoise et les conditions qui favoriseraient un approvisionnement durable en biomasse forestière pour la production de gaz naturel renouvelable (GNR) et à évaluer le potentiel de production de GNR de la forêt québécoise.

Écoutez les entrevues accordées par notre directeur du développement régional, Stéphan Tremblay :

Dans ce contexte, les sommes investies par GNL Québec appuieront, en premier lieu, les travaux de recherche des équipes supervisées par les professeurs Jean-François Boucher de l’UQAC, spécialiste du rôle de la forêt boréale dans la séquestration du carbone, et Évelyne Thiffault de l’Université Laval, spécialiste de la biomasse forestière.

En plus d’analyser les différentes technologies de production de GNR forestier développées jusqu’à maintenant à l’échelle mondiale, des essais techniques avec diverses sources de biomasse résiduelle de la forêt québécoise sont en préparation avec une technologie canadienne prometteuse en matière de GNR.

Objectif : carboneutralité

Rappelons que GNL Québec a fait appel, en janvier dernier, à l’expertise de la Chaire en éco-conseil de l’UQAC afin de réaliser un projet de recherche sur les façons potentielles crédibles et scientifiquement reconnues permettant de rendre carboneutre le futur complexe de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay. Lors du dépôt du rapport en août dernier, plusieurs suggestions ont été émises par la Chaire en éco-conseil, notamment la possibilité de soutenir la production de gaz naturel renouvelable (GNR) à partir de la biomasse forestière.

GNL Québec annonce donc son intention d’explorer davantage cette filière énergétique en supportant dès maintenant des travaux de recherche, comme manière concrète d’atteindre sa carboneutralité et, du même coup, en appuyant une nouvelle activité économique porteuse d’avenir pour la région. 

Bien que la mission première de GNL Québec demeure la liquéfaction de gaz naturel en provenance de l’Ouest canadien, le projet Énergie Saguenay représente, par son engagement à être carboneutre et sa volonté d’établir un nouveau standard au sein de l’industrie, une occasion unique de diversification de l’économie régionale et un tremplin pour soutenir les recherches sur le GNR forestier. Le scénario où GNL Québec puisse, dans l’objectif d’être carboneutre, être un acheteur de futurs crédits carbones liés à la production du GNR, crée, en effet un débouché facilitant l’émergence d’une infrastructure pouvant éventuellement produire la nouvelle source d’énergie renouvelable.

Plusieurs articles ont été consacrés cette semaine à l’annonce de notre engagement. Vous pouvez les consulter ici :

Le Quotidien : GNL Québec appuie la recherche sur… le GNR!

La Presse : GNL Québec investit dans la recherche sur les résidus forestiers

Informe Affaires : GNL | Une première étape dans la carboneutralité