Blogue

17 décembre 2019
Énergie Saguenay : du gaz naturel plus propre sur un marché en pleine croissance

Le marché mondial du gaz naturel liquéfié (GNL) est en pleine ébullition et continuera à croître au cours des 5 à 10 prochaines années. De nombreux pays producteurs de gaz investissent donc massivement à l’heure actuelle afin de se positionner en vue de combler la demande. Toutefois, aucun d’entre eux ne possède l’ensemble des avantages proposés par GNL Québec avec le projet Énergie Saguenay, soit un complexe de liquéfaction carboneutre, alimenté à 100% en hydroélectricité évoluant dans un climat froid, caractéristiques qui permettront de produire le gaz naturel liquéfié le plus durable au monde dans une usine émettant 85% moins de gaz à effet de serre qu’une installation comparable aux États-Unis.

Avec le début des travaux prévus en 2021 et les premières exportations prévues pour 2025, le projet Énergie Saguenay a une fenêtre d’opportunité à saisir afin de s’imposer comme fournisseur d’une énergie plus propre pour des clients établis dans des pays qui souhaitent effectuer une transition du charbon ou du pétrole vers le gaz naturel, comme c’est le cas en Asie et dans certains pays d’Europe, à partir du GNL le plus durable disponible sur le marché. 

Le cas du Qatar

Un des grands exportateurs de GNL sur la planète a confirmé le 25 novembre son intention de presque doubler sa capacité d’exportation d’ici 2027.  Le Qatar, deuxième exportateur mondial de gaz naturel après la Russie et devant la Norvège, veut faire passer sa production de GNL de 77 millions de tonnes par an à 126 millions de tonnes en 2027.

En comparaison, le projet Énergie Saguenay exportera chaque année 11 millions de tonnes de GNL de gaz canadien, qui a un avantage de taille par rapport au gaz du Moyen-Orient.

Lorsqu’on sait qu’une usine de liquéfaction dans un pays du golfe persique comme le Qatar – prenons celle de Qatargas par exemple - émet plus de 4,3 millions de tonnes de GES par année, l’avantage compétitif de l’usine Énergie Saguenay est indéniable.

Grâce à l’alimentation hydroélectrique et au climat nordique du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui facilite le processus de liquéfaction du gaz comparé à un pays où le mercure frôle régulièrement les 40 degrés Celsius en été et de 25 à 30 degrés en hiver, on parle d’émissions dix fois moins élevées chaque année, soit 421 000 tonnes de GES émises par année, émissions qui seront entièrement compensées par des mesures concrètes et scientifiquement reconnues.

C’est simple, aucun autre terminal de liquéfaction de gaz naturel en service dans le monde ne peut actuellement atteindre la performance environnementale proposée par Énergie Saguenay.

Pas de frontières pour les GES

Rappelons que les GES ne connaissent pas de frontières, et que le marché du GNL devra être comblé, que ce soit ici ou ailleurs. Au cours des deux prochaines années, les prévisions indiquent une fin des surplus et un resserrement de l’équilibre entre l’offre et la demande. Au-delà de 2022, c’est une pénurie d’approvisionnement et une augmentation connexe du prix du GNL qui nous attend.

Le tableau ci-dessus illustre bien l’évolution du marché du GNL au cours des dix prochaines années.

Dans ce contexte, il apparaît évident que le projet Énergie Saguenay a sa raison d’être. En plus de contribuer, à la source, à lutter contre les émissions de GES à l’échelle mondiale, le gaz naturel qui sera exporté servira en grande partie à remplacer des énergies plus polluantes comme du charbon ou du mazout dans des pays d’Asie et d’Europe qui ont des politiques transitoires en place.

En vertu de ces avantages énergétiques et en contribuant à déplacer d’autres énergies fossiles plus néfastes du mix énergétique mondial, Énergie Saguenay permettra ainsi d’éliminer 28 millions de tonnes de GES, et ce chaque année, pour toute la durée de vie de l’usine, selon un scénario conservateur validé par l’analyse de cycle de vie réalisée par le CIRAIG.  

Pour mieux comprendre le projet Énergie Saguenay ainsi que les émissions de GES durant le cycle de vie du projet, visionnez ce vidéo explicatif disponible en ligne.

À lire aussi :

Source du tableau : Cheniere Energy inc.