Blog

Aug. 20, 2019
Le gaz naturel, pilier dans la transition énergétique mondiale

« Le gaz naturel est un des piliers du mix énergétique mondial. Là où il remplace des énergies plus polluantes, il permet d’améliorer la qualité de l’air et de réduire les émissions de CO2. »

Dr Fatih Birol, Directeur exécutif, Agence internationale de l’énergie

 

Fondée en 1974 et basée à Paris, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) est une agence autonome de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), chargée d’étudier et de réfléchir sur les enjeux énergétiques mondiaux de manière factuelle, scientifique et indépendante.

Dans le contexte de la lutte contre les changements climatiques et de la réduction des gaz à effet de serre (GES), l’AIE vient de rendre publique une analyse portant spécifiquement sur le rôle du gaz naturel à l’échelle internationale. Cette analyse évalue spécifiquement quatre marchés distincts où le gaz naturel joue un rôle clé : les États-Unis, la Chine, l’Inde et l’Europe. Trois de ces marchés, excluant les États-Unis, sont directement visés par le projet Énergie Saguenay.

Le titre de cette analyse, disponible uniquement en anglais, est clair : « Le rôle du gaz naturel dans la transition énergétique ». Vous pouvez consulter les faits saillants de cette analyse en cliquant ici.

Que conclut l’analyse ?

Les conclusions du rapport de l’AIE démontrent que le gaz naturel est appelé à continuer à jouer un rôle déterminant dans la transition énergétique et la lutte contre les GES à l’échelle mondiale.

  • Depuis 2010, l’Agence évalue que le remplacement du charbon par du gaz naturel a permis de réduire de 500 millions de tonnes les GES sur la planète.
  • Le potentiel de remplacement rapide du charbon par du gaz naturel, particulièrement dans la production d’électricité et dans les usages industriels, permettrait, surtout en Europe et aux États-Unis, une réduction de 1200 tonnes de GES à court terme.
  • Même en prenant compte des approvisionnements divers en gaz naturel selon la source et le pays d’origine, 98% du gaz naturel actuellement utilisé dans la production d’électricité ou de chaleur présente un cycle de vie émettant moins de GES que le charbon qu’il remplace.
  • Ce gaz naturel permet donc une réduction des GES de 50% par rapport au charbon remplacé pour produire de l’électricité et une réduction de 33% pour la production de chaleur industrielle.
  • La hausse de la production de gaz naturel et la baisse des prix sur le marché peut contribuer à accélérer la substitution au charbon, notamment en Chine, où les autorités ont mis en œuvre des politiques claires pour lutter contre la pollution de l’air.

Perspectives sur les marchés cibles

Concernant des marchés plus spécifiquement visés par le projet Énergie Saguenay, soit la Chine, l’Europe et l’Inde, voici ce qu’indique le rapport de l’AIE.

  • En Chine, la demande en gaz naturel croît de manière très importante depuis plusieurs années, surtout en raison de politiques publiques destinées à améliorer la qualité de l’air.
  • En Europe, le processus de substitution (du charbon par le gaz naturel) a légèrement diminué au cours des dernières années, à l’exception du Royaume-Uni. Toutefois, la combinaison de la baisse des prix du gaz et de la hausse des coûts du CO2 sur le marché de l’Union européenne donne un nouveau momentum à cette approche.
  • En Inde, le gaz naturel occupe actuellement une place limitée dans le mix énergétique en raison des faibles disponibilités du gaz sur les marchés et des contraintes dans les capacités d’importation.

L’inde, on le constate, représente donc un marché encore peu exploité susceptible de consommer beaucoup de gaz naturel au cours des prochaines décennies, car sa transition du charbon vers d’autres énergies n’est pas très avancée.

Un rapport crédible, des louanges intelligentes

La force des conclusions du rapport publié par l’AIE concernant le rôle du gaz naturel dans la transition énergétique mondiale repose sur deux axes : la crédibilité de la source et des chercheurs qui l’appuient ainsi que la modération et l’intelligence avec lesquelles est présentée l’utilisation du gaz naturel dans le mix énergétique mondial en lien avec les objectifs mondiaux de lutte contre les changements climatiques.

L’AIE regroupe 30 pays, s’appuie sur plus de 250 employés permanents et collabore avec des milliers de chercheurs à travers le monde spécialisés dans l’énergie. L’AIE partage aussi des données et des expertises avec l’Agence internationale de l’énergie renouvelable, agence résolument tournée vers la transition énergétique et la lutte contre les GES.

L’AIE rappelle, dans son rapport, qu’il est important que l’industrie travaille constamment à améliorer ses pratiques et à s’assurer de contrôler les émissions fugitives à toutes les étapes de la chaîne de valeur du gaz naturel. Ce contrôle serré des émissions est d’ailleurs une des priorités de l’industrie canadienne et figure au cœur des priorités du projet Énergie Saguenay et de l’industrie au Canada. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

L’Agence souligne par ailleurs l’importance de continuer à assurer le développement et l’émergence des énergies 100% renouvelables partout sur la planète et maintient l’importance de travailler à ce que le gaz naturel remplace le charbon, là où cette énergie permet des gains maximaux sur le plan environnemental.

Ces éléments pris en considération, l’Agence internationale de l’énergie est claire : le gaz naturel peut continuer à jouer un rôle crucial dans la lutte contre les changements climatiques et la pollution de l’air. Celui-ci peut remplacer des énergies plus polluantes et combler, à court ou moyen terme, des besoins énergétiques en pleine progression dans des pays n’ayant pas accès à l’hydroélectricité, et qui autrement se tourneraient vers des énergies fossiles plus polluantes.

Enfin, l’AIE rappelle le rôle clé du gaz naturel comme énergie d’appoint pour combler les pics de demande énergétique soudaine (électricité, chauffage, industries) qui ne peuvent être comblés par les énergies 100% renouvelables.

Voilà pourquoi le gaz naturel est un pilier du mix énergétique mondial pour les décennies à venir dans la lutte contre les changements climatiques, les gaz à effet de serre, la pollution de l’air ainsi que pour soutenir l’émergence des énergie 100% renouvelables.

C’est aussi pour cela que des projets sérieux et crédibles comme le projet Énergie Saguenay, qui sera alimenté à 100% à l’hydroélectricité propre et renouvelable, représentent de véritables leviers dans la lutte contre les changements climatiques.